Recherche
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.psypaumotricite.com/data/fr-articles.xml


Coordinations
Exécution simultanée d’une combinaison de mouvements, organisés en fonction d’un but. Elles s’organisent en fonction d’un « projet moteur », qui détermine leur but et la combinaison des schèmes moteurs nécessaires à réaliser.
Être coordonné, c’est exécuter avec vitesse et efficacité un mouvement intentionnel pour résoudre une tache concrète, c’est avoir la capacité à apprendre rapidement de nouveaux mouvements, à adapter son comportement en fonction des exigences de l’environnement.


Dissociations
Exécution séparée de mouvements différents.


Dysgraphie 
Trouble de l’écriture d’origine instrumentale ou psychologique, sans déficit neurologique ou intellectuel.


Praxies 
Ensemble des fonctions de coordination et d’adaptation de mouvements volontaires de base dans le but d’accomplir une tâche donnée. Capacité d’exécuter sur ordre des gestes orientés vers un but déterminé.


Dyspraxie
Trouble de l’organisation des gestes volontaires et de la maîtrise du corps, due à une perturbation de l’intégration du schéma corporel.
Une dyspraxie n’affecte pas tous les enfants de la même façon, mais elle se manifeste le plus souvent par une grande maladresse, une difficulté à automatiser les gestes lors d’un apprentissage, une difficulté majeure à réaliser efficacement certaines actions même simples ( habillage, activités manuelles, sport…)
Elle est souvent associée à des difficultés d’organisation temporo-spatiale, d’attention et de concentration, d’apprentissage scolaire ou de dysgraphie et parfois liée à certains troubles du comportement (impulsivité, hyperactivité, agressivité).
L’origine peut être développementale ou liée à certaines maladies ou troubles neurologiques.
Il existe différents formes de dyspraxies.


Graphomotricité
Rééducation psychomotrice d’un trouble de l’écriture d’origine instrumentale ou neurologique.


Hyperactivité
Syndrome psychomoteur regroupant trois caractéristiques principales : hyperactivité, impulsivité et inattention.
Le syndrome d’hyperactivité concerne les enfants qui ne tiennent pas en place et se perdent dans une agitation stérile, désorganisée. Ils ne peuvent pas se fixer très longtemps sur une tâche. Leur activité, leur attention papillonnent sans cesse d’une chose à l’autre. Ils ont fréquemment des difficultés relationnelles avec les autres et une scolarité difficile.


Inhibition psychomotrice
Restriction excessive globale ou isolée des fonctions motrices, expressives, intellectuelles, relationnelles et sociales.
Au-delà d’une simple timidité, ce sont des enfants passifs, dociles qui n’entrent jamais en conflit avec les autres, refoulant leur agressivité.
On perçoit chez eux une retenue excessive, une raideur, une certaine lourdeur dans les gestes, comme un puissant frein intérieur à leur motricité qui se transforme en lenteur dans leur expression orale ou écrite, quand ils ne restent pas mutiques.
Le contact avec les autres enfants est difficile et parfois vécu comme angoissant et insécurisant.
Ils ont tendance à s’isoler et à se replier sur eux même, ils jouent peu et se montrent peu créatifs dans leurs activités.
Il n’y a pas de cause à ce trouble et l’origine peut être variable d’un enfant à l’autre. Il peut s’agir d’un état réactionnel à une problématique familiale ( naissance, divorce, deuil…), on peut suspecter un état dépressif ou anxieux, un blocage.


Dysgraphie
Trouble de l’écriture d’origine instrumentale ou psychologique sans déficit neurologique ou intellectuel.


Latéralité
Utilisation préférentielle d’un côté du corps par rapport à l’autre pour organiser sa motricité.


Schéma corporel
Représentation plus ou moins consciente que l'individu a de son propre corps à l’état statique et dynamique et qui nous permet de nous adapter au monde exterieur : position dans l'espace, posture respective des divers segments, mouvements qu'il exécute, contact avec le monde environnant.
Cette représentation neurophysiologique, de notre corps dans le cerveau se structure au cours du développement à partir d’informations sensorielles (cutanées et musculaires, mouvement, équilibre, vision, audition...) au cours du vécu de nos expériences motrices.
Notre schéma corporel nous sert de modèle de référence pour maîtriser notre corps et notre organisation dans le temps et l’espace. 

 


IMC
L'infirmité motrice cérébrale (IMC) résulte de lésions cérébrales précoces, non héréditaires, stabilisées (non évolutives), responsables de déficiences motrices exclusives ou prédominantes. Le handicap moteur séquellaire associe à des degrés variables des troubles de la posture et du mouvement. Des troubles spécifiques des fonctions supérieures peuvent s'y associer (dyspraxie, troubles perceptifs, troubles praxiques troubles sensoriels). 
L'atteinte cérébrale a cependant suffisamment préservé les facultés intellectuelles pour permettre une scolarisation. Cette définition exclut donc les enfants ayant un retard mental associé au trouble moteur d'origine cérébrale, que l'on regroupe sous le terme d'IMOC (infirmité motrice d'origine cérébrale) et les enfants polyhandicapés.


Polyhandicap
Il se définit comme un handicap grave à expressions multiples associant toujours une déficience motrice et une déficience intellectuelle sévère ou profonde, entraînant une restriction extrême de l'autonomie et des possibilités de perception, d'expression et de relation


Tonus
Etat de tension musculaire.
Il est entretenu en permanence par l’influx nerveux et fait l’objet d’une régulation tonique par le système nerveux.
Il permet la réalisation de mouvements et le contrôle des gestes.
Il est le support corporel privilégié de la manifestation des émotions.
On parle d’hypertonie lorsque le tonus présente un excès de tensions ou d’hypotonie lorsque ces tensions sont insuffisantes, état de « mollesse ».


Symbolisation
La symbolisation désigne la capacité à développer des représentations.
Le processus de symbolisation chez l’enfant, permet  une progression vers la capacité de se penser, de penser les autres, de penser ses expériences .
La symbolisation, permet de créer des symboles :forme concrète ou abstraite permettant de contenir et communiquer du sens, le contenu de ce que l’on veut exprimer :geste, mots, dessins, pensées ,idées, concepts ,histoires


Coordination visuo motrice
Fonction qui règle les mouvements d'après les informations venant de la vision.


Organisation spatiale 
Capacité de se situer dans l’espace, de déterminer la position que l’on occupe par rapport à des repères, d’ordonner correctement les différents éléments d’un tout. On distingue orientation spatiale (directement associée à la perception), et structuration spatiale (associée à l’abstraction et au raisonnement).


Organisation Temporelle
Capacité de situer la succession des actions les unes par rapport aux autres, de définir un présent par rapport au passé et au futur, de saisir l’agencement des structures rythmiques, d’évaluer la durée et la vitesse.


Jeux symboliques
Le jeu symbolique représente les moments de jeu au cours desquels les enfants jouent à faire semblant, imitent, reproduisent des situations du quotidien, inventent, imaginent et actent des scénarios. Au  cours de jeux symboliques les activités ne sont pas menées dans un objectif réel et les objets ne sont pas utilisés pour leur fonction. Le jeu symbolique est le contexte de créativité le plus important. Ce contexte de jeu permet aux enfants de développer leur compétence sociale. En jouant, les enfants ont la possibilité de faire plusieurs apprentissages.


Date de création : 03/03/2015 : 23:15
Dernière modification : 03/03/2015 : 23:15
Catégorie : -
Page lue 2054 fois